Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 11:15

     Bonne ann...quoi ? C'est trop tard ? Oh ben zut alors. Eh ben...euh...bonne chandeleur ! Passée aussi ? Rooh ben on ne me dit rien à moi aussi. Pfff....Oui, c'est vrai que ça fait déjà longtemps que je vous ai rien écrit. C'est pas que j'en avais pas envie, loin de là. C'est juste que j'étais pas mal occupé (réunion parents-profs, conseils de classe, vacances....que des trucs passionnants...oui oui les profs, toujours en vacances gnagnagna). Et puis surtout l'inspiration était partie. Pour celles et ceux qui veulent quand même un petit peu de lecture quotidiennes, vous pouvez me "suivre" sur twitter (c'est le bouton en haut à droite sur le blog). Les faits de cet articles y sont issus.



     Heureusement pour vous, l'inspiration est revenue. Vendredi après-midi, le moment de la semaine le plus inefficace. Y'a même des chefs qui m'ont dit que je devais faire un cours "allégé, ludique". J'ai un peu peiné à trouvé un costume de clown qui me convienne mais depuis j'enfile mon nez rouge et c'est parti pour le cirque. Je crois d'ailleurs que le mot est bien choisi : le cirque. Mais pas de l'autre côté du bureau. Du côté des tables et des chaises.


     L'inspiration m'est revenue disais-je, juste après avoir entendu un "sale pédé !"
Plait-il ? Oui. J'ai bien entendu. Manque de bol pour l'élève, il y avait le silence le plus complet lors de son insulte (comme quoi c'est possible un vendredi après-midi, le silence !). En temps normal, je me serais contenté d'un "X, tu surveilles ton langage et tu t'excuses". C'est peut-être pas assez sévère, ok, mais les insultes sont devenues tellement "banales" que j'en suis presque découragé. Mais là, je ne sais pas ce qui m'a pris, ou plutôt si. En plein débat pour ou contre ce fameux "mariage pour tous", ayant entendu de telles absurdités et idioties à la radio/télévision et ayant vu de plus en plus d'incitations à la haine sur twitter (oui parce que tous les gens sur twitter n'ont pas bon fond comme moi. C'est comme dans la vraie vie), je me dis que nous, profs, avons notre rôle à jouer. 


Et si dans la classe il y avait un/une élève que ça blesserait parce que justement il/elle se pose des questions ? 

29850_125672607447638_7719994_n.jpg
Et si dans la classe, il y avait un prof homo ?

On me dit dans l'oreillette que ça n'existe pas. Oui parce que ça inciterait les jeunes à le devenir (entendu par certaines personnes contre "mariage pour tous"). De même que ce surveillant l'an dernier qui était choqué de voir sur les portes de nos salles de classe des affiches contre l'homophobie, parce que "ouais, tu comprends, si jamais les élèves lisent l'affiche, après ils vont se poser des questions et si ça se trouve il vont devenir homo" Oui, et donc ? C'est quoi le problème ? (A part dire que l'affiche va les "rendre homos") Ca les fera réfléchir et c'est déjà bien.


     Bref, toujours pour faire réfléchir (un peu hein...n'abusons pas) cet élève aux propos homophobes je décide de lui faire faire un travail de recherche sur le mot "pédé".  C'est une idée, juste comme ça. Je me suis dit que si l'élève réfléchit deux secondes au sens de ce qu'il dit, peut-être qu'il ne le dira plus. 


     Je ne fréquente pas la cour de récréation, j'entends juste les élèves parler entre eux dans les couloirs. Il y a parfois quelques insultes qui volent. Comme je suis gentil, je vous donne des exemples : "pédé", "enculé", "sale nègre", "oignon", "espèce de portugais". Voilà. Que des trucs hyper sympatoches ! -_- Mais en classe, rien. Sauf ce fameux vendredi après-midi (et le jour d'avant. Ca me revient en y pensant). Ca c'est entre élèves. 

     Entre prof et élèves c'est encore plus rare (rappelez-vous j'enseigne dans un coin tranquille, une sorte de Monde des bisounours comparé au reste de l'académie où ça peut être le Mordor). En 3-4 ans d'enseignement je n'ai subit d'"insultes" que 3-4 fois (j'espère que lien entre les années d'enseignement et les insultes s'arrêtera là !). J'vous raconte ? D'accord.

     L'an dernier, il y avait une période durant laquelle un collègue d'histoire avait demandé à ces élèves de 6ème de dessiner des affiches contre des discriminations. Tout était représenté : contre le racisme, le sexisme, la discrimination envers les handicapés et l'homophobie (chose assez rare dans les collèges : de parler d'homophobie). Il se trouve que par le plus grand des hasards, figurait sur la porte de ma salle une affiche contre l'homophobie. 

Mes 3èmes ayant vu l'affiche ont fait un lien direct avec moi. Et c'est ainsi que lorsque je demandais plusieurs fois à un élève de se taire, il me sort "Je suis homophobe". Oui et.. ? Tu veux en parler ? (Ca fait tellement "mec" de dire ça au prof face à la classe, pensez-vous). Sur ce, il m'explique (oui parce que moi être un peu con) : "ça veut dire j'aime pas les pédés". Je lui propose de venir en parler à la fin d'heure (histoire que je raconte les faits à sa maman dans son carnet). Et à la fin de l'heure, l'affreux s'en va par la porte du fond de la salle. S'en suis un jeu au chat et à la souris sur un mois (mot collé dans le carnet-pages arrachées-retenues non faites) qui s'est terminé par un rendez-vous chez la Principale qui a remis les pendules à l'heure.


Comment ça "l'arnaque" ? Oui, c'était pas une insulte mais ça a quand même un quelque rapport avec le sujet !


     Bon alors, cette année, j'ai eu l'immense plaisir de découvrir de superbe inscriptions sur des tables. Du style "J'enc*** M. DeLautreCôtéDuBureau". 
STOP ! On s'arrête 2 minutes. Bon, déjà, vous avez vu l'amour que certains élèves ont pour moi ! Je suis flatté. Et depuis quand dans une insulte on reste polis hein ? "Monsieur DeLautreCôtéDuBureau" Pourquoi ?

2ème, toujours cette année. Plus simple "M. DeLautreCôtéDuBureau PD" Toujours cette politesse latente hein. Evidemment les 2 neuneus ont étés démasqués : c'est bête de tagguer à la place où on est assis ! Je n'avais tien fait de spécial pour déclencher cette insulte, juste demandé plusieurs à un élève son carnet. Mais la frustration est vraiment quelques chose de difficile à gérer pour nos ados (merci les parents au passage). Il était trop "respectueux" pour m'insulter de vive voix, du coup il l'écrit sur la table. Faute de pire, hein !


Ironie du sort, l'auteur de "M. DeLautreCôtéDuBureau PD" portait une ceinture D&G...Vous comprenez le truc ? Je me suis fait un plaisir d'expliquer à ce taggueur que D&G étaient les initales de Monsieur Dolce et de Monsieur Gabbana qui étaient quand même en couple pendant de nombreuses années. Eh bien ça lui a fait tout drôle à l'élève d'apprendre ça. Comme quoi quand on réfléchit un peu.
http://p3.storage.canalblog.com/37/24/176765/82987318_o.jpg
     
L'affiche en question.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Michael 01/09/2013 19:06

Bonjour,
Je viens de decouvrir votre page et j'en veux encore. SVP

LRDNV 15/02/2013 17:44


La violence est quotidienne chez eux, à l'école, à la maison, partout ils y sont confronté. Reste à espérer que tous ne deviendront pas homophobes, racistes et autres... Censément l'école doit
apprendre la tolérance mais ils s'en foutent et n'écoutent pas. Je déteste ces attitudes violentes qu'ils ont entre eux.

hecate18 09/02/2013 13:56


J'ai eu aussi le problème cette année. Un élève qui insultait un autre de "pédale" et une autre qui disait de son camarade que c'était un "mongol". Ils ont eu le droit au coup de fil aux parents
et/ou à une heure de retenue mais je sais que ça ne sert malheureusement pas à grand chose puisqu'ils ne voient pas où est le problème (et c'est pas faute d'essayer de leur expliquer).

De l'autre côté du bureau 14/02/2013 20:21



Pour eux, tout est banalisé. Les mots perdent leur sens et ne servent qu'a déconsidérer l'autre pour mieux se sentir. A défaut de se grandir, ils péfèrent écraser le voisin..."pour rire", ou
pas. 



LRDNV 08/02/2013 23:55


Les violences physiques comme verbales, ont tendance aujourd'hui a être banalisées, et qu'on ne dise pas que les élèves n'ont pas conscience de la teneur de leurs propos... au contraire ; ils
savent très bien !


Hallucinant comment certains gamins de cette génération sont homophobes, machos, racistes et cie

De l'autre côté du bureau 14/02/2013 20:23



Et quand on voit qui ils prennent pour modèles, ce n'est pas prêt de changer. Heureusement qu'on est là, nous !